Couture,  Deer & Doe,  Hauts,  Patrons

Mélilot, MA mélilot à pois

Cette chemise, j’en ai rêvé longtemps.
Cette chemise, c’est mon coup de cœur couture.
Cette chemise, c’est MA mélilot !

C’est ma troisième couture de chez Deer and Doe dont on parle aujourd’hui. Comme à chaque fois, je suis ravie de l’expérience. Cette marque de patron est décidément une de mes marques chouchou. Et d’après les résultats du sondage de Louise Magasine, il en est de même pour pas mal d’entre vous!

Le patron

À partir du moment où j’ai commencé à coudre, Mélilot est arrivée en tête des patrons de chemise que je voulais essayer.

Pochette du patron Mélilot

Le patron propose deux versions de manches, longues ou courtes avec un joli revers, deux versions de col : mao ou arrondi. Il offre aussi la possibilité de faire une gorge cachée (un repli de tissu) pour camoufler les boutons. Ces variantes permettent donc d’avoir deux styles de chemises très différentes. C’est ce qui m’a tout de suite plu.

J’ai fait le choix de la version B : manche courte et col mao. Je n’ai pas de chemise de ce type dans ma garde-robe et je ne pouvais pas résister à ces manches avec revers, qui donnent un côté à la fois décontracté et classe.

Le tissu

Quand je suis tombée sur ce ce tissu de chez Atelier 27, dans ma tête, il s’est passé çà:

Pois + flanelle = Panier
Flanelle à Pois + Mélilot = Panache

Voilà, rien de plus compliqué, c’était évident.

Ce tissu est certifié Oeko Tex et a été imprimé en France, d’après le site. L’imprimé est top! Je n’ai pas l’habitude de porter des motifs géométriques aussi gros, mais il faut bien sortir de sa zone de confort de temps en temps.

Si le tissu est en flanelle, les pois sont enduits. Il est d’une douceuuuur, c’est dingue! La matière est parfaite pour l’hiver (bon, on arrive à la fin là, mais là où je vis je peux encore la mettre un petit moment!) Il est très agréable à travailler. J’avais un peu peur avec la texture des pois, mais je n’ai eu aucun problème.

La confection

J’ai relevé quelques challenges avec cette cousette.

Les pois

Je ne sais pas si on peut appeler ça des raccords, mais je ne voulais pas de décalage des lignes de pois sur l’avant et l’arrière de la chemise. J’ai donc passé un petit temps à regarder où poser les pièces du patron. J’ai demandé conseille à Delphine de l’atelier Aslane, afin de valider cette étape avec une couturière plus expérimentée. Il a fallu faire des repères, compter le nombre de pois pour essayer de tomber au plus juste et ne pas se retrouver avec une bande de boutonnage à pois « coupés ». C’était un petit casse-tête.
Pour une première du genre, le résultat est plutôt chouette !

J’imaginais qu’une seule poche à gauche au départ. Mais la pointe des pinces tombant pile sur un pois, il était préférable de rajouter la deuxième pour cacher la pseudo-demi-sphère au coup d’œil pas très esthétique.

Les boutonnières

Il a fallu aussi passer outre l’appréhension de la boutonnière. J’ai mis un peu de temps à comprendre le schéma et les explications du mode d’emploi de ma MAC. Mais une fois le principe acquis, ça s’est fait tout seul sauf quand ma MAC décidait, de sa propre initiative, de bourrer et de ne pas terminer son ouvrage… Le découd-vite c’est déjà pénible, mais alors pour découdre une boutonnière… ( *grosse envie de balancer la MAC par la fenêtre.*)

Une ou deux boutonnières ne sont pas alignées et celle du col n’est pas placée au bon endroit (tyran perfectionniste qui parle). Du coup, on peut constater un petit jeu de tissu entre le premier et le deuxième bouton, mais en vrai, ca va (voix bienveillante qui reprend le dessus!!)

Les boutons viennent de chez Ecolaines. Je les ai choisis « ton sur ton » afin qu’ils n’attirent pas l’attention, les pois remplissant suffisamment ce job.

Les coutures anglaises

Avec un patron Deer and Doe, c’est aussi toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles techniques de couture.

Oups, la petite vidéo hyperlapse ne semble pas fonctionner sur mobile

Ici, j’ai appris à faire des coutures anglaises. Pour une adepte de la parfaite finition, cette technique est simplement mortelle ! Le rendu final est tellement propre que je porterai presque ma chemise à l’envers pour montrer les finitions, au monde entier.

Mes retours

J’ai cousu ma chemise en taille 40 comme toutes les autres coutures faites à partir des patrons Deer and Doe. Çà tombe nickel partout. Le livret est limpide, rien à dire !

Si je devais donner un petit bémol quand même, ce serait la longueur de chemise au dos. Je crois que je ne suis pas trop « liquette » .

Oups, le petit fil qui dépaaasse…

Je sens que je vais porter souvent cette chemise, qui dégage, malgré ses couleurs hivernales , un certains pep’s avec ses gros pois.

Bonjour, c’est Cerise de chez Groupa… huhu, je m’égare…

Le récapitulatif

*****

Je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans cette cousette !

A bientôt,

— Marina —

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *