Atelier Charlotte Auzou,  Couture,  Créatrices(teurs),  Robes

Décembre, ma robe de témoin

Quand mon frère m’a annoncé, il y a deux ans, qu’il allait se marier, je me suis toute de suite dis que j’allais me coudre ma robe (O-bli-gé !) Quand il m’a demandé à être son témoin, je me suis dis qu’il me fallait une robe d’exception! Quand ma grand-mère, couturière, m’a félicité pour la robe de témoin que je me suis cousue pour le mariage de mon frère, c’était la consécration !

Allez, découvrez ma robe décembre !

La robe décembre

Dans le petit monde de la couture, je crois que cette robe est à la fois iconique et intemporelle. Des lignes sobres qui contrastent avec un dos des plus graphiques, des plis plats et quelques pinces… il n’en fallait pas plus pour que je craque.

Le modèle vient de l’ouvrage Ma garde-robe pour toute l’année de l’Atelier Charlotte Auzou ( je vous ai déjà présenté les modèles Février ( un bas de pyjama) et Août (un top estival au joli dos). J’avais craqué sur la 1ere de couverture qui présente cette robe. Il ne me manquait plus que l’occasion pour pouvoir la coudre !

Le choix du tissu

Je n’envisageais pas spécifiquement de coudre cette robe en bleu marine, puisque j’attendais que les mariés me fassent part du dress code de leur mariage.

Mais quand ils m’ont annoncé que ce serait bleu marine et rose, mon choix a été vite fait.

Ce sera bleu marine, tant pis pour l’originalité !

Trouver le bon tissu a été une activité de longue haleine. j’ai cherché en magasin, passé quelques heures sur le net avant de trouver mon bonheur sur le site de Stragier. Par méga coup de bol, il y avait à ce moment-là, une promo sur un joli crêpe lourd infroissable (IN-FROI-SSA-BLE!!!!) bleu marine. Je n’ai pas hésité (même si çà a fait un peu mal à mon porte-monnaie, malgré la promo)

Tu vois que tu vois pas la fermeture ???? C’est parce qu’elle est invisible !!!!!

La réalisation

Avec Charlotte Auzou, j’y vais les yeux fermés quand il s’agit de suivre ses instructions. Mais j’ai quand même fait une toile, histoire de ne pas couper, en mode yolo, dans mon tissu de malade et surtout, pour vérifier que le dos ne baille pas.

Comme tout allait bien de ce côté-là, il ne restait plus qu’à attaquer avec le beau tissu.

Je vous avoue, j’ai eu quelques sueurs. Je ne devais pas me rater, car je n’avais plus le temps de trouver un tissu de repli en cas d’échec (la meuf qui fait sa robe 5 jours avant de prendre l’avion pour assister au mariage… chill…)

J’ai passé pas mal de temps sur la doublure. J’ai voulu doubler dans le même tissu, mais ce n’était pas une bonne idée. En effet, ce crêpe a tendance à roulotter malgré le passage du fer à repasser (avec une pattemouille bien entendue). Les finitions au niveau du dos n’étaient donc pas optimales. Armée de mon découd-vite, j’ai enlevée la doublure et l’ai remplacé par un voile de coton bleu marine (j’avais prévu le coup heureusement) (pas si chill que çà finalement ahah.)

J’ai éprouvé un peu difficulté au surpiquage de la ceinture. Là, il fallait aussi piquer la doublure pour la maintenir. C’est encore assez compliqué de coudre près du bord et d’être régulière pour moi.

J’ai passé du temps à bien déterminer où poser les boutonnières, notamment pour celle du bas dans le dos. Je n’en aurais certainement pas pris autant si la marque de repère (prévu sur le patron) ne s’était pas effacée lors de mes manipulations !

Elles sont pas magnifiiiiiques ces chaussures de témoin, de qualité, trouvé sur une appli de seconde main ?

Les modifications

Deux petites modifications ont été apportées sur cette robe : J’ai modifié le sens des plis car, je les préfère quand ils vont vers l’extérieur, et j’ai fait un ourlet invisible à la main.

La couture invisible était une grande première ! Il y a pas mal de tuto sur internet pour apprendre.

Normalement, le bord surjeté du tissu est replié et donc, caché par la couture à la main. Ici, avec un tissu qui roulotte et plutôt épais, j’ai préféré aller au plus simple et laissé le bord surjeté visible. Le rendu suffisamment propre pour moi!

tadaaaaaa… on voit rien !

Les infos techniques

On fait le bilan

Je radote, mais coudre un patron de l’atelier Charlotte Auzou est agréable. Toujours clair dans l’énoncé, des pas à pas en photo, le résultat est plus que satisfaisant ! Avec cette troisième cousette ma garde-robe pour toute l’année, on peut même dire que le livre est rentabilisé au niveau satisfaction et financier!

C’est certainement le vêtement le plus réussi que j’ai cousu jusqu’à présent. J’étais fière de le porter pour un jour aussi émouvant et festif que le mariage de mon frère et de ma belle-soeur ! Encore plus fière, quand on me complimentait et que je disais « c’est moi qui l’ai fait« .

Le plus beau des compliments est évidemment venue de ma grand-mère !

Avec cette bonne dose de bien-être et de bon estime de soi, j’étais donc complétement à l’aise à signer les différents registres, un peu moins à essayer de suivre les pas de ma grand-mère sur du Madison, mais je ne suis pas sure que la robe soit en cause !

*****

A bientôt,

*****

— Marina —

Bonus

Allez, c’est bonus…. Quelques photos sur la plaaaaage!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *