Couture,  Lingerie

Mon premier maillot de bain

J’ai passé l’été dans mon premier maillot de bain cousu maison! Quand j’ai commencé la couture, je n’aurai jamais imaginée me coudre un maillot de bain. L’idée ne me serait sans doute pas venue, sans le défi couture #objectifcoudreunmaillotdebainpourcetété, lancée par Katell (@Breizh_cousette) et Clothilde (@Couture_and_clo) sur Instagram, en juillet dernier. Et comme j’aime bien les défis, je me suis dit, why not ! Alors, aujourd’hui, on cause Lycra !

Le choix du maillot de bain

J’ai écarté tout de suite le bikini, car je préfère le confort des maillots 1 pièce. De plus, je voulais une coupe de maillot qui viendrait atténuer visuellement « la largeur de mes épaules ».

Mon choix s’est vite porté sur deux maillots.

En premier lieu, celui proposé par Charlotte Jaubert et l’école du DIY en ligne, Artesane. Ces dernières se sont associées pour proposer deux patrons de maillot de bain ainsi qu’un cours pour bien appréhender les matières nécessaires et le montage en vidéo du maillot de bain. Sur ce modèle de maillot, on retrouve une culotte haute, puis au choix, un haut au décolleté V profond sur le devant et le dos ou, à nouer autour du cou.

En second lieu, j’ai repéré le maillot de bain Calypso de chez Étoffe Malicieuse, une marque de patron spécialisée dans la lingerie. Ce maillot a la particularité d’être asymétrique aux épaules. Ce détail peut être accentué par un volant.

Pour ma part, je sentais que j’avais besoin d’être accompagnée dans l’aventure. Alors, j’ai préféré partir sur le maillot de bain de chez Artesane pour boire les paroles de Charlotte Jaubert.

Le choix des matières

Pour ce premier maillot de bain, je e voyais en rouge ou noir. Mais j’ai été agréablement influencé par le superbe maillot de L’atelier de Luchie. Exit l’uni, va pour un maillot mi-uni mi-imprimé !

Mon maillot se compose donc :

  • d’un lycra noir mat et de la laminette, commandé chez Ma Petite Mercerie
  • D’un scuba fleuri, acheté chez Ecolaines
  • d’une doublure extensible, dans un seul sens, qu’une vendeuse m’a conseillé ( MAUVAISE IDÉE ! il faut que ce soit extensible dans les DEUX sens !!!)

Le montage du maillot

Le cours Artesane est très complet. Charlotte Jaubert nous parle, avec beaucoup de pédagogie, des matières idéales pour coudre son maillot de bain. Elle y explique clairement comment manipuler la laminette, cette bande de caoutchouc qui permet au maillot de bain de rester contre la peau.

Le cours est un vrai pas-à-pas. On peut donc monter son maillot en même temps que Charlotte. Les seuls bémols restent le montage vidéo et le travail de la lumière, qui selon moi, pourraient gagner en qualité.

Le maillot se coud de préférence à la surjeteuse pour de meilleures finitions mais il peut aussi être cousu à la machine. J’ai tout fait au fil normal, sans finalement utiliser de fil mousse.

Pour cette pièce, je n’appréhendais pas spécifiquement le lycra puisque j’aime bien travailler les matières extensibles. En revanche, c’était mon baptême de laminette. Si j’ai bien compris comment l’assembler sur les lignes droites, cela n’a pas été aussi aisé sur les lignes courbes.

Je me suis aussi interrogée lors de l’assemblage du devant et du dos de la culotte. Il y avait un décalage. J’ai choisi de bien centrer le devant et de raboter le surplus du dos lors de l’assemblage à la surjeteuse. (En lisant le FAQ de la vidéo, j’ai compris que le décalage venait du patron en lui-même et non d’une erreur de coupe de ma part.)

Mon avis sur mon premier maillot de bain

Pour une fois mon avis est donné avec plus de recul, puisque j’ai pu profiter de mon premier maillot tout l’été!

Côté esthétique, j’adore le rendu du maillot et de ses lignes épurées.

Mais il y a plusieurs petites choses qui me dérangent :

  • Le scuba fleuri est trop épais. Comme j’ai doublé le haut dans le même tissu, la laminette a eu tendance à rouler… On peut le voir sur les photos. Une solution serait de surpiquer les bords pour la maintenir un peu plus en place.
  • Et comme la laminette avait tendance à rouler, le haut avait donc tendance à s’évailler, quand je nageais… Du coup, j’étais un peu tout le temps à le remettre en place. Conclusion : maillot à éviter dans les vagues, au risque de faire une Sophie Marceau à la plage.
  • Mal conseillée par une vendeuse, j’ai pris une doublure de culotte extensible dans un seul sens. Du coup, je n’étais pas des plus conforts à ce niveau là également, surtout quand le maillot était mouillé. J’aurai dû partir sur la doublure bi-extensible « Diane », comme conseiller un peu partout sur les blogs.

Malgré tous ces défauts, je l’aime bien ce maillot. Tous ces petits couacs sont simplement à garder en mémoire, si je décide de m’en refaire un l’été prochain !

A bientôt,

–Marina —

2 commentaires