Couture,  Hello Panache Patterns,  jupes,  Modelisme,  Patrons

Ditto, ma jupe sur mesure !

Ouh la la la la… J’ai le trac… Là dernière mon ordinateur à écrire, mais surtout à publier cet article. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, c’est un patron particulier que je vous présente. Ce patron, je l’ai ai imaginé, dessiné, patronné et cousu toute seule (je n’en reviens toujours pas.) Il s’agit de Ditto, ma jupe sur mesure ! Une jupe que j’ai pu crée, grâce à ma formation de modélisme avec I AM Patterns. Dans ce billet, je vous raconte mes inspirations et le process de création ! Let’s goooo !

Le cahier des charges de ma jupe Ditto

J’avais très envie d’une jupe asymétrique, boutonnée sur le côté, qui finis sur une jolie ouverture sur la cuisse. Je l’imaginais aussi avec des panneaux, une ceinture à la taille, une doublure et des poches invisibles ! Rien que ça…

J’avais une idée assez précise pour cette jupe mais, j’ai tout de même été sur Pinterest pour nourrir mon inspiration.

Quelques esquisses plus tard ( j’ai longtemps hésité sur la longueur et la forme de l’ouverture sur la cuisse), j’en arrivais à mon modèle :

note pour plus tard : bosser ses proportions en dessins

Le choix des tissus et des boutons

C’est simple, je voulais un tissu qui claque !

Je gardais au chaud un jacquard « graou » de chez Pretty Mercerie depuis plus d’un an et demi. J’attendais d’avoir la bonne idée de patron. J’avais en tête de faire une veste ou un bombers, mais çà, c’était avant d’avoir dessiné Ditto.

Pour la doublure, j’ai choisi un satin très doux des Coupons de Saint-Pierre, acheté lors d’une escapade parisienne, l’automne dernier.

J’ai longtemps hésité pour les boutons. L’imprimé du tissu en impose. J’ai failli poser des boutons recouverts du même tissu mais je me suis ravisée. Trouvés chez Ecolaine, j’ai cousu des boutons neutres, qui se marient bien avec les rouges du tissu.

Mais pourquoi Ditto ?

Comme j’ai commencé à créer mes patrons personnels, je me devais de les nommer. Peut-être voudriez-vous savoir l’origine du nom de ce patron, avant d’aborder la conception ?

Certain.es donnent des noms de fleurs, des prénoms, des numéros, des mots qui commencent toujours par la même lettre pour nommer leurs patrons… Pour ma part, je suis allée fouiller du côté d’une autre passion : la musique !

Il se trouve qu’au moment de la conception de ce modèle, j’étais dans un mood Gossip / Beth Ditto. CQFD !

Une petite pause musique ?

La conception

Pour patronner Ditto, je suis partie de ma jupe de base (c’est-à-dire mon empreinte corporelle, tracé en 2D) que J’ai réalisé lors de ma formation en modélisme I AM Patterns (vous pouvez lire l’article ici.)

Mes modifications

J’ai commencé par déplacer et modifier les pinces, pour qu’elles tombent à l’endroit souhaité. Ensuite, j’ai réduit les côtés de la jupe pour lui donner une forme légèrement crayon.

Enfin, j’ai créé mes trois panneaux asymétriques sur le devant et les deux de derrière.

Le boutonnage et la fente

Ce sont les deux détails phares de Ditto.

Pour ce modèle, je ne voulais pas que les pattes de boutonnage se superposent au niveau de l’ouverture sur la cuisse, mais plutôt que mes panneaux soient côte-à-côte. C’est pourquoi j’ai réduit la patte de boutonnage qui accueille les boutons.

Une ceinture droite

Je pense avoir eu une bonne idée de rajouter cette ceinture car elle vient structurer l’ensemble. Pour qu’elle tienne bien en place, je l’ai thermocollé et fait une surpiqûre de maintien sur le bas de la ceinture.

Farewell petites poches !

Au départ, je voulais des poches invisibles. Le boutonnage asymétrique complique un peu les choses. En effet, ma ligne de boutonnage tombe sur le milieu de la cuisse, il reste donc très peu d’espace sur le côté gauche pour mettre une poche au niveau des coutures de côté. Après un essai sur toile non concluant, j’ai abandonné l’idée.

La doublure

Si je vous dit que la première doublure que je pose de toute ma vie est celle que j’ai patronné ?

J’ai mis un peu de temps à comprendre la logique d’assemblage et l’aisance à prévoir.

En effet, au premier essai, je n’avais pas mis d’aisance et je n’arrivai pas à bouger dans ma jupe. Ce qui était très embêtant, pour marcher, par exemple.

Mon retour sur ma jupe Ditto

Même si j’ai fait des toiles, c’est souvent en portant le vêtement, en vivant dedans qu’on se rend compte de ces petites choses à revoir. Parmi elles, je dois :

  • Revoir le traçage du bas de la jupe crayon pour que cela ne rebique pas sur les côtés. Ce n’est pas grand chose, mais je ne vois que çà !
  • Redescendre d’un ou deux cm la patte de boutonnage pour être un peu plus à l’aise une fois assise…

Je vais aussi la tenter dans un tissu plus… facile. Ce tissu est magnifique, mais il est assez difficile à travailler. Il est très mou. Les mailles sont « lâches ». Il a eu tendance à énormément s’effilocher.

Mais, je ne vais pas vous mentir, j’adore cette jupe (même si elle n’a pas de poches !) Je trouve qu’elle a de l’allure et du… Panache !

Qu’en pensez-vous ?

— Marina —

PS : Une dernière pour la route ?

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *