Couture

3 ans de couture : Bilan de ma pratique

J’ai commencé à coudre avec pour objectif la création d’une garde-robe cousue main. L’autre but était aussi d’appréhender un savoir-faire manuel et technique. Ainsi, chaque nouveau projet devait avoir son lot de challenges et me faire progresser. 3 ans après avoir débuté la couture, quel est le bilan de cette pratique ?

L’acquisition des bonnes techniques

J’ai essayé un cours de couture au tout début de ma pratique. Chacune venait avec son projet et la professeure nous aidait en fonction des besoins et des points techniques. Mais je n’ai pas été vraiment séduite par le concept. J’ai préfèré de loin tester et apprendre de chez moi, tranquillement.

Évidemment, la meilleure des pratiques consiste à coudre, coudre et toujours coudre, en hésitant pas à faire des toiles. Mais, il est tout de même utile d’avoir de bons supports d’apprentissage. Voici les principales sources auxquelles je me suis référée, au cours de ces trois années de couture:

Les livres de couture
  • Burda : La couture pratique : un bon concentré de techniques couture, assez bien imagé et décrit
  • Passez votre CAP Couture avec Artesane et Christine Charles : des challenges mensuels et progressifs. Les modèles sont un peu désuets, mais fort pratiques pour réaliser des pièces d’études.
Les cours de couture en ligne
  • La série de cours Mille et une techniques de couture , chez Artesane est une mine d’astuces et de pratiques, même sur des sujets que l’on croit maîtriser. Christine Charles y est directe et méthodique.
  • Toujours chez Artesane : leur collection Essentiels en couture, où j’ai craqué en fonction de mes besoins ( les plis et pinces, la gestion des textiles à carreaux, secrets textiles…) ou encore des cours plus spécifiques sur la réalisation d’un vêtement, comme le maillot de bain.
  • Plus occasionnellement, je vais chercher des information sur des chaines YouTube. J’apprécie notamment les petites vidéos de 432hz Couture.

La relève de deux grands défis

Les bases du modélisme

Poussant les challenges toujours un peu plus loin, j’ai été voir l’envers des patrons de couture, en effectuant un stage de modélisme auprès de Marie-Emilienne Viollet, la créatrice de la marque de patron I AM Patterns. Si ma première expérience de cours partagés s’était soldée par un échec, celle là reste l’un de mes meilleurs souvenirs de 2019, grâce à son cadre immersif, des copines de stage passionnées et une pédagogie bien amenée.

L’obtention du CAP Métier de la mode et vêtement flou

Comme une sportive qui collectionne les trophées, je voulais un challenge avec récompense. Je me suis donc inscrite au CAP couture en 2020. Je m’y suis préparé pendant 6 mois, laissant mon projet de garde-robe cousue main, temporairement de côté.

Le livre (j’ai réalisé tous les modèles du livre de cap en toiles ou tissus conseillé) et les cours d’Artesane ont été d’une grande aide tout comme le confinement, qui m’a permis d’avoir plus de temps de révision, en repoussant l’examen de quelques mois.

Je m’y suis présentée mi sereine-mi stressée, sachant que mon principal défaut serait ma « lenteur d’exécution ».

C’est d’ailleurs ce qui a péché lors de l’examen pratique (la réalisation d’un vêtement en moins de 16h) puisque que j’ai rendu le short non fini. Mais j’ai toute de même obtenu le diplôme !

Au-delà de cette agréable obtention, ma pratique de la couture a surtout fait un bon en matière de finition et de précision. L’ogre de perfection qui sommeille en moi est bien rassasié…

La création d’un cadre propice

Un espace dédié à la couture

En trois ans, je suis passée de la couture sur un coin de table à la création et l’aménagement d’un véritable espace dédié à la couture. Avoir son petit cocon est un vrai bonheur.

Une meilleur organisation

Avant la préparation pour le CAP, on ne peut pas dire que j’étais organisée. J’en mettais partout et j’avais du mal à me retrouver. Depuis, j’ai opté pour des astuces simples, qui me permettent de rester focus sur la couture et de gagner du temps.

Par exemple :

  • mon plateau, avec le nécessaire de couture, qui me suit partout, du plan de coupe à celui des machines en passant par celui de repassage
  • un tableau pour ranger ciseaux et outils divers
Les bons outils

Point de jolies créations et de belles finitions sans mes deux machines : La Janome Jeans et Stretch 8077 pour coudre et la Brother Lock 3034DWT pour surjeter.

Je suis alerte sur tous les outils qui peuvent me permettre d’atteindre un rendu parfait. C’est pourquoi, je n’ai pas hésité à me procurer, progressivement, des outils de base et d’autres plus spécifiques, tels que la règle à boutonnière et son ouvre-boutonnière, un stylo-craie à mines fines, diverses règles et ciseaux, un retourne biais… On pourrait croire qu’ils sont gadgets, mais franchement, s’ils sont utiles pour soi, s’ils facilitent la vie, enfin, la séance de couture, pourquoi s’en priver ?

Et la suite ?

En rédigeant ce bilan, je me suis rendu compte d’une certaine obsession pour la technique. Apprendre les bons gestes pour créer des vêtements qualitatifs et durables était important pour moi.

Aujourd’hui, je vais entretenir les acquis, persévérer sur les points qui pèchent encore, tout en continuant de prendre mon temps, mais je ressens moins le désir de performance qui m’animait jusqu’alors.

Des challenges, il y en aura évidemment! Je ne me suis pas encore attaquée aux manteaux ou aux jeans! Mais, j’ai aussi envie d’aller vers des pièces, parfois plus simples, qui correspondront à mon souhait de garde-robe interchangeable.

Pour voir le bilan de ma garde-robe cousu main, c’est par ici !

*****

A bientôt,

— Marina —

6 commentaires

  • Mathilde

    Bravo pour ce bilan technique ! Je fais aussi partie de la promotion 2020 du CAPmmvf 😅 et c’est dans le cadre de la préparation à cet examen que j’ai réellement découvert les cours Artesane et leurs qualités!

  • Marlene

    Merci pour ce bilan qui donne de nombreuses perspectives à la débutante passionnée que je suis. Je viens de fêter simplement ma première année de couture donc tout reste encore brouillon dans ma production. Je suis sur les basiques du livre dressed de deer and doe mais les finitions de mes créations sont à revoir. J’envisage le cours de couture mais je n’ai pas trouvé celui qui me conviendrait. Ton article laisse entrevoir que la précision des gestes peut s’aquerir autrement que par les cours classiques : intéressant !

    • Marina

      Hello, merci pour ton retour qui me fait très plaisir 😊. J’ai acheté le livre de D&D pour mon anniversaire. C’est une bonne base, autant pour les débutante que pour celles qui se débrouillent un peu plus ! Et oui, il faut trouver la méthode d’apprentissage qui nous convient le mieux, voir même à les mixer. En solo, l’important c’est d être motivée. Belle année a toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *